nourrir-cheval-hiver

Comment nourrir son cheval pendant l’hiver ?

Conseils pour nourrir son cheval pendant l’hiver

Les besoins nutritionnels d’un cheval changent au fur et à mesure que les saisons changent et que les températures se rafraichissent. Il est préférable d’avoir un cheval en surpoids au début de l’hiver, avec un poil épais et une couverture grasse.

On estime qu’un cheval avec un pelage d’hiver sain, qui peut rester au sec, sera confortable à des températures allant jusqu’ à – 7°C; et si le cheval a accès à un abri, il peut tolérer des températures encore plus basse.

Si vous avez la chance de pouvoir monter tout au long de l’hiver accompagnez vous d’une couverture adéquate !

Comme les températures hivernales baissent, une bonne règle de base à retenir est que pour chaque degré inférieur à – 7°C, le cheval a besoin de 1% d’énergie supplémentaire dans son alimentation.

Quelle est la meilleure source d’énergie alimentaire pendant les mois froids de l’hiver ?

Bonne question! Mais tout d’abord, nous devons comprendre comment les chevaux utilisent l’énergie alimentaire en hiver pour se réchauffer. Ils le font de deux façons différentes.

Premièrement, il y a la chaleur dégagée comme sous-produit des processus métaboliques normaux. Deuxièmement, il y a la chaleur produite par la fermentation microbienne des fourrages qui se produit dans l’intestin postérieur pendant la digestion.

Certains propriétaires de chevaux croient que le fait de donner plus de concentrés (car ils sont denses en énergie) aidera à garder le cheval au chaud.

Ce n’est pas forcément une bonne solution ! Il ne faut pas oublier que les chevaux sont conçus pour manger des fibres. Une autre raison de ne pas se concentrer sur le grain pour la chaleur est qu’il n’ y a pas autant de chaleur produite qu’un sous-produit de la digestion, de l’absorption et de l’utilisation des grains que de la fermentation microbienne des fourrages.

Ainsi, vous devriez penser à augmenter la quantité de fourrage dans le régime alimentaire de votre cheval au détriment du grain, afin de l’aider à répondre aux besoins énergétiques croissants résultant des conditions météorologiques hivernales. Il en résultera une augmentation de la fermentation microbienne qui aidera à garder le cheval au chaud.

Voici un exemple: si un cheval de 450 Kg avait besoin de 8 Kg de foin de bonne qualité chaque jour quand la température était de – 8°C, on pourrait s’attendre à ce que son besoin augmente d’environ 1 Kg à 8 Kg si la température descendait à – 18°C.

Remarque: Les besoins énergétiques alimentaires accrus seraient encore plus élevés si le cheval n’avait pas accès à un abri.

Une autre caractéristique très importante à prendre en considération est la nécessité de fournir un accès à de l’eau propre et « chaude ». Une étude a déterminé que la température de l’eau la plus agréable pour un cheval est de 7-18 degrés. Les chauffe-eau et les auges isolantes sont donc de bonnes idées à utiliser en hiver.

Si l’eau est glacée, le cheval ne boira pas autant.

Il y a quelques raisons au-delà de l’évidence pour lesquelles une bonne prise d’eau est si importante.

Un cheval aura besoin de beaucoup plus d’eau lorsqu’il mange des aliments secs comme le foin, comparativement aux chevaux qui paissent dans des pâturages luxuriants car l’herbe des pâturages contient de l’eau.

En outre, les chevaux se déplacent généralement moins en hiver en raison du manque d’exercice et de confinement. Le mouvement aide à la digestion et maintient les choses en mouvement dans l’intestin. L’eau contribue également à ce processus. L’objectif devrait toujours être de maximiser la consommation d’eau pour aider à prévenir la possibilité de déshydratation et de coliques.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *